Petit billet du dimanche matin, au calme.

Lorsqu’on m’interroge sur mon parcours, on me demande souvent comment, j’ai fait ce pas et changé mon quotidien (pour celles et ceux qui me découvrent, j’exerçais le métier d’attachée de presse avant de devenir thérapeute). Evidemment, cela ne s’est pas fait un jour !

Retour en arrière.

Oser changer de chemin

2005 : Je ne me sens plus à ma place… Chaque jour qui passe, je m’aperçois un peu plus profondément qu’il me sera bientôt impossible de poursuivre sur ce chemin emprunté depuis tant d’années. Je suis en train de me perdre. C’est comme un appel du plus profond de mon âme, brutal, impossible à éviter (je vous rassure, je n’ai pas été touchée par une quelconque grâce à ce moment-là, hein !). Je perçois bien que mon envie de communiquer se transforme : j’adore toujours autant la Communication, mais plus « cette » communication. J’ai envie de donner plus de sens à mon quotidien. Je ne vois plus que le côté superficiel dans tout ce que je fais… Je refuse des projets. Je m’essouffle.

2007 : Je crée, alors, de A à Z et parallèlement à mon emploi, un e-commerce de confiseries d’autrefois et de cadeaux rétro (Un Caillou dans la Poche :  comme le petit Poucet, je cherche mon chemin…). J’ai envie de proposer des choses qui ont véritablement une histoire, une âme… Chacune de mes créations raconte des moments de vie. Je communique, je joue la Mère Noel : je suis heureuse. Durant 7 ans, je reste aux commandes, initiant de jolis projets, nouant des liens privilégiés avec certains clients qui me content leurs vies, leurs souvenirs (je suis même invitée à un mariage et reçois régulièrement de petits cadeaux de remerciement !). Au fil des années, ils déposent leurs émotions via de longs mails que je reçois et garde précieusement. Je « ressens » pleinement le besoin d’écoute qui en ressort. J’ai alors envie de plus. Quelque chose en moi vient d’essayer de me faire réagir… Je le mets de côté. On verra… Plus tard.

Un virage s’amorce

2015 : J’emprunte peu à peu, un chemin plus spirituel. Depuis toujours, je m’intéresse au développement personnel et m’interroge sur la fin de vie et le processus de deuil (chacun ses interrogations…). Une profonde envie de gratter ces questions, comme si quelque chose m’attendait derrière. L’idée renaît en moi.. Je perçois comme une urgence à suivre les élans de mon coeur. Autour de moi, de plus en plus de personnes pratique la méditation, j’ai envie d’essayer moi-aussi… Je me lance sans trop savoir si cela va vraiment me plaire, moi qui ne sais pas m’arrêter et qui suis branchée en continue sur du 1000 volts ! Il me faudra y revenir plusieurs fois, mais je me prends au jeu et découvre même un espace de calme et d’apaisement à l’intérieur de moi… J’en suis totalement bouleversée ! J’avance… et commence à m’intéresser à l’hypnose. Je crée de nouveaux rituels, de jolis gris-gris : des « petits trucs qui font du bien » comme je les nomme, que j’offre autour de moi. Les retours me dépassent un peu… On me demande comment j’en ai eu l’idée, on me dit qu’ils apportent un vrai réconfort… Qui suis-je vraiment ? Je ressens des choses qui semblent plus difficiles à percevoir par d’autres… Je suis comme ça. J’ai toujours été comme ça… J’ai cette sensation d’être épaulée, de n’être jamais seule quoique je fasse… Les choses semblent se mettre en place naturellement, mais à un rythme un peu trop lent à mon goût… Et puis, j’ai envie de reprendre mes études… J’adore apprendre.

Parallèlement, depuis plusieurs années déjà, j’ai commencé à accompagner bénévolement des personnes en fin de vie ainsi que des familles en deuil et je m’aperçois que c’est « là », à cet endroit, que je me sens bien à présent. A ma place. Je me forme aux techniques de communication spécifiques (encore !) pour ces accompagnements. Je commence à m’apaiser et à entrevoir mon chemin.

Alors oui, soyons honnête, je le sens venir ce changement et ceux et celles qui me sont enraiement proches le perçoivent, eux-aussi. Certains s’en inquiètent un peu… Il y a ceux qui m’encouragent et ceux qui s’interrogent sur cette « nouvelle lubie » ! Comment oser changer de route, de trajectoire, après toutes ces années, alors que je suis dans une zone de confort totale ? J’appréhende encore de faire le pas… Problème de légitimité !

Mon corps se manifeste alors à moi de plus en plus fort, de plus en plus souvent… Je sens bien qu’il va me falloir agir rapidement pour trouver un meilleur équilibre de vie… Cela s’impose chaque jour davantage, telle une évidence. J’ai vraiment cette sensation de ne plus du tout être alignée. Et pourtant, la route semble bien longue pour arriver au changement. C’est un peu comme si ma boussole intérieure s’était brisée ou plus exactement : comme si cette boussole qui me guidait jusqu’alors s’était violemment mise à s’affoler.

Rencontre avec « on verra plus tard » et « ce n’est pas le moment » !

2016 : Je patauge encore quelques temps dans ma frustration quotidienne. Il me faut changer le regard que je pose sur moi. Remettre en question mon quotidien… Me faire confiance. M’autoriser. Assumer qui je suis. Ce que je suis. Je me reconnecte enfin à mes véritables envies. Tout n’est pas simple, je me cache un temps derrière de fausses excuses : le moment est mal choisi financièrement (les études des garçons à financer, les prêts en cours, etc). Et puis, suis-je vraiment à la hauteur ? Est-ce que c’est vraiment mon chemin ? Avec toutes mes croyances limitantes, je réussis plus d’une fois à faire taire ce que je ressens ! Puis un jour, j’ouvre enfin mon coeur. Plus le choix. Alors, tout doucement, je commence à entendre de nouveau ma petite voix intérieure, je perçois cette étoile qui me guide au loin. Celle qui m’a toujours accompagnée mais qu’il m’est arrivé de mettre de côté bien trop souvent ces derniers temps.

Ressentir ce qui vibre en moi

Un après-midi, au calme, je m’interroge : qu’est ce qui me fait vraiment vibrer, qui entre en résonance avec moi ? Et je m’aperçois rapidement que je suis convaincue de ce que je fais, qu’accompagner les autres, les alléger, me fait me sentir à ma place. Je me sens juste. C’est décidé, j’appuie enfin sur le fameux bouton « action« … Parallèlement à mon travail (que j’ai gardé encore un temps), je me plonge dans la lecture, les séminaires; les conférences. Je reprends le chemin de l’école et m’engage dans des formations. Les journées sont bien trop courtes ! Je m’intéresse aux états de conscience élargie et me forme enfin à l’hypnose qui semble être une jolie porte d’entrée pour le travail que j’ai envie de mettre en place. Je me donne les moyens des changements que je souhaite voir apparaître dans ma vie. Au quotidien, je prends également plus souvent du temps, juste pour moi, pour m’écouter véritablement. Nous y sommes : je suis mon cœur, car j’ai enfin compris qu’il fallait être doux avec soi et arrêter avec cette peur stupide d’être jugée.

Enfin…

2017 : Alors, à mon rythme, je me mets en marche, je suis morte de trouille, et si…  Petit à petit, je ressens que je suis enfin là où je dois être. Je pose mes choix et affirme les valeurs qui me correspondent. Je me sens ancrée, profondément. Bonheur, Joie ! Aujourd’hui, je me lève chaque jour avec le sourire aux lèvres, prête à accueillir ce qui est. Je ne vis pas dans le monde des Bisounours, certains accompagnements sont plus douloureux que d’autres, mais je vis simplement en accord avec ce que je suis, avec qui je suis. Alors merci l’Univers de m’en avoir fait baver et merci à mon intuition de m’avoir guidé…

Crédit photo : Amy Shamblen

Je vous souhaite à tous de faire ce premier pas et d’écouter réellement votre âme, car elle a tellement de choses à vous dire !