DEUIL

Apprivoiser l’absence, faire face à la perte… Ce long cheminement intérieur peut parfois vous sembler chaotique, épuisant, sans fin… Il  vous semble que plus les jours passent et plus cela devient difficile à vivre.. Il peut arriver que vous vous sentiez démunis devant ce chemin et qu’il vous semble totalement impossible de traverser ce deuil. C’est simplement reconnaître ses limites qu’oser demander de l’aide, surtout lorsque cela concerne la maladie, le deuil ou la fin de vie… Il est si compliqué d’exprimer sa souffrance face à nos proches.  Surmonter un deuil prend du temps, votre temps…

Fréquemment, le replis sur soi est l’un des premiers réflexes en période de deuil. Sachez que malheureusement, tout ce qui n’est pas partagé peut potentiellement entraver votre chemin… C’est pourquoi il faut éviter que ces émotions ne se cristallisent.

L’approche proposée au cabinet est douce : nous avançons à votre rythme, en respectant vos limites et vos croyances et prenons le temps d’appréhender chacune de vos émotions afin de vous reconnecter à votre moi intérieur.  Cette période de « flottement » que vous vivez pourra ainsi être mieux comprise et acceptée. 

A l’aide de différentes techniques, telles que l’hypnose ou l’EFT, nous travaillerons ensemble sur : 

♦ L’expression de vos émotions

Reconnaître et exprimer ses émotions est fondamental dans ce temps du deuil où l’on se retrouve bien souvent seul face à soi-même. Raconter permet d’ancrer dans le réel l’événement que vous avez vécu. Nous allons cheminer jusqu’à l’apaisement, par une écoute bienveillante, nous mettrons des mots sur la colère, la culpabilité et la tristesse ou toute autre émotion qui vous empêche d’avancer.

♦ La préservation du lien 

Le maintien de ces liens d’attachements est très important dans l’approche que je propose, le défunt à une vraie existence au sein de la thérapie… Le deuil est un processus de cicatrisation, aucunement d’oubli… Je vais vous aider à transformer votre chagrin et à conserver, ou construire, un nouveau lien avec la personne disparue. Accepter n’est pas oublier.

♦ Le cheminement vers l’apaisement 

Naturellement, le processus de deuil avançant, votre relation à la personne disparue va se transformer et se redéfinir, pour passer alors d’une relation extérieure à une relation intérieure. Je vous accompagne sur ce chemin de la transformation de votre souffrance.

visuel deuil

« Avec notre mort, il suffit de mourir. Mais c’est avec celle des autres qu’il faut vivre» Mascha Kaléko


FIN DE VIE

Accompagner la fin de vie, c’est avant tout accompagner… la Vie !

Le passage lors de la venue au monde est, lui, bien accompagné, mais pour cet autre passage qui conduit à la mort, aux derniers instants, qu’en est-il  ? Devons-nous mourir seul sans accompagnement  ? Que dire à la personne en fin de vie ? Comment l’accompagner au mieux alors que vous êtes, vous-même, en proie à votre rapport personnel avec la mort, mais aussi avec vos peurs, vos doutes et votre fatigue ?

L’accompagnement spirituel que je propose offre une écoute aux questionnements que votre proche se pose ou que vous vous posez, mais également un soutien et une assistance dans les derniers moments. Cet accompagnement n’est pas médical mais offre une présence rassurante.

♦ Accompagnement spirituel ?

Il s’agit simplement d’accompagner la personne dans sa quête du sens de sa vie. Celle-ci prend souvent, à la fin de la vie, une dimension essentielle. Des questions majeures interviennent fréquemment : le besoin de donner un sens à sa vie, de croire en quelque chose, de trouver la paix intérieure. Cette guidance est faite pour « alléger » la personne qui quitte notre monde ainsi que la famille. 

♦ De l’écoute, de la présence et du partage

Toujours à l’écoute du désir de la personne et dans le respect de ses croyances, cet accompagnement spirituel permet d’accompagner ceux qui partent, tout autant que ceux qui restent (famille, aidants naturels etc). J’ai à cœur de vous transmettre certaines clés qui vous permettront d’appréhender plus sereinement ce quotidien et d’être là, simplement, lors des différentes étapes que votre proche va traverser lors de sa fin de vie. Ce temps qui reste n’est jamais inutile.

Prendre soin de la relation jusqu’aux derniers instants se fera alors plus sereinement.